Le « marché » de l’électricité doit être en mains publiques

Le « marché » de l’électricité doit être en mains publiques

Profitant du calme de l’été, un séjour dans les Alpes valaisannes a permis de visiter une impressionnante réalisation franco-suisse (1967-1975) : le barrage d’Émosson, ainsi que le vieux barrage d’Émosson construit en 1955 par les CCF. Si l’énergie hydroélectrique représentait près de 90% de la production annuelle en 1975, elle est aujourd’hui de l’ordre de 56% seulement. Les efforts pour ré-augmenter la part de l’énergie renouvelable passe certes par une réduction de notre consommation, mais également par un effort renforcé pour stimuler la production électrique à partir de sources renouvelables comme l’eau et le soleil.

La libéralisation/privatisation complète du marché de l’électricité sous prétexte de favoriser la concurrence et de faire baisser les prix est une vue de l’esprit et bloquera les efforts pour assurer une distribution équitables pour toutes et tous (les particuliers ne sont pas outillés pour comparer des offres peu comparables et ne leur faisant finalement pas économiser grand chose, vu le temps passé à tenter de comparer et les taux de consommation très faibles en regard de certaines grandes entreprises) et limitera les efforts à produire propre. Il est temps d’inverser la tendance et de remettre le domaine de la production, du transport et de la distribution de l’électricité en mains à 100% publiques.

L’occasion pour mettre en scène la gourde (à boire) et son message invitant à renverser la majorité actuelle (PLR/UDC) en votant massivement pour les candidat.e.s socialistes, qui par leurs actions au niveau communal, cantonal et fédéral, tout comme dans leur quotidien, œuvrent pour améliorer les conditions et la qualité de vie des habitant.e.s de notre si beau pays.