Pauvre et femme : la double peine

Pauvre et femme : la double peine
Taux brut de mortalité pour 100000 femmes de 15 à 49 ans en 2016

Taux brut de mortalité pour 100000 femmes de 15 à 49 ans en 2016

« L’inégalité entre les genres est l’une des principales barrières au développement durable, à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté. »(1) L’égalité entre femmes et hommes est devenue un pilier majeur de la politique étrangère de la Suisse.

La santé pour tous est un défi planétaire. L’Afrique est le continent le plus touché par le sida, le paludisme et la tuberculose, trois des pandémies les plus meurtrières(2). Leur élimination figure parmi les objectifs de développement durable 2030(3) adoptés par l’Organisation des nations unies (ONU) avec une attention particulière pour les jeunes et les femmes.

Le message 2017-2020, qui guide la coopération internationale de la Suisse, vise pour la première fois explicitement à renforcer l’égalité entre les sexes et les droits des femmes et des filles(4).

Evolution des dépenses de la DDC (Suisse)

Evolution des dépenses de la Coopération suisse (2004-2016)

Depuis l’arrivée en 2017 à la tête du Département des affaires étrangères de Ignazio Cassis, médecin spécialiste en santé publique, les dépenses pour la coopération au développement ont diminué. Il n’est probablement pas le seul responsable de ce fait, mais il ne semble pas se mobiliser pour corriger le tir et permettre la réalisation des objectifs stratégiques ambitieux adoptés pour la période 2017-2020.

APD : Comparaison entre les pays membres de l'OCDE en 2018

Aide publique au développement : Comparaison entre les pays membres de l’OCDE en 2018

Si la comparaison internationale réalisée par l’OCDE (2018) place la Suisse en relativement bonne position par rapport aux autres états membres, elle est le premier des pays à se trouver en-dessous de la barre des 0.5 % du revenu national brut (0,4 % du RNB) et loin derrière la Suède (0.9 % du RNB)(5).

On est loin des 0.7 % du RNB (objectif international en vigueur depuis 1970(6) et réaffirmé dans l’Agenda 2030 que la Suisse s’est engagée à mettre en œuvre. Ce qui est d’autant plus préoccupant, c’est le montant prévu pour la période 2021-2024 pour l’aide publique au développement (APD) de 11.37 milliards CHF, soit environ 0.45 % du RNB, inférieur au 0.5 % fixé par le parlement en 2011 et réaffirmé à plusieurs reprises(7). Le message sur le sujet sera présenté au parlement en 2020. Ce message n’intègre pas les objectifs du développement durable de l’Agenda 2030 de l’ONU. Parmi les autres propositions choquantes, le désengagement de la Suisse de nombreux pays dans lesquels elle était engagée avec des arguments mettant en évidence que les intérêts économiques sont les seuls qui justifient la raison d’être de la coopération au développement.

Sans engagement à long terme, il n’y aura pas de coopération utile et efficace. Si la Suisse ne place pas au cœur de sa coopération internationale la lutte contre la pauvreté et les inégalités (en particulier femmes-hommes), elle perdra rapidement sa crédibilité.

Pas besoin de faire un long discours : Pour améliorer l’APD, il est indispensable de modifier les forces politiques et d’élire des parlementaires convaincus par la nécessité d’atteindre immédiatement les 0.5 % du RNB et progressivement les 0.7 % du RNB pour la mise en œuvre des objectifs de l’Agenda 2030 et le respect des buts(8) définis dans la Constitution suisse.


1 DDC, 31.05.2019 : https://www.eda.admin.ch/deza/fr/home/themes-ddc/egalite-femmes-hommes.html (page consultée le 09.08.2019)

6 Document sur l’historique du 0.7 % : http://www.oecd.org/fr/cad/stats/45539389.pdf

7 Annoncé par le Conseiller fédéral Ignazio Cassis, lors de la conférence de presse annonçant la mise en consultation facultative de la stratégie 2021-2024 de la coopération internationale. Source : https://www.eda.admin.ch/deza/fr/home/actualites/dossiers/alle-dossiers/iza-2021-2024.html

8 Art. 2 But
1 La Confédération suisse protège la liberté et les droits du peuple et elle assure l’indépendance et la sécurité du pays.
2 Elle favorise la prospérité commune, le développement durable, la cohésion interne et la diversité culturelle du pays.
3 Elle veille à garantir une égalité des chances aussi grande que possible.
4 Elle s’engage en faveur de la conservation durable des ressources naturelles et en faveur d’un ordre international juste et pacifique.
(Source : https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19995395/index.html#a2)